Qu'est-ce que l'ethnopédagogie ?

Publié le par ethnoeduc

Il est clair que le concept d’ethnopédagogie demande à être plus clairement défini, notamment par rapport à d’autres concepts qui pourraient s’en rapprocher, tels que socio-pédagogie ou psycho-pédagogie, mais aussi du fait que le terme est fréquemment employé pour définir des pratiques pédagogiques de découverte du milieu naturel. L'ethnopédagogie ne saurait se limiter à cela.

 

L’ethnopédagogie est encore suffisamment récente dans ses tentatives de modélisation théorique pour que nous puissions réfléchir à ce qui la constitue, tant il est vrai que l’agrégat de pratiques plus ou moins innovantes dont elle se réclame ne constitue pas pour l’instant un socle suffisamment solide et étayé pour pouvoir en circonscrire le champ et les limites.

 

Cette contribution se veut donc essentiellement prospective et nous nous proposons de recenser un certain nombre d’initiatives qui nous semblent relever de cette démarche. Aux lecteurs internautes de réagir et éventuellement de compléter cette première vision exploratoire.

 

Dans mon travail de thèse, j’ai été amené à décrire certaines pratiques comme susceptibles de restaurer chez l’enfant de milieu populaire, défavorisé et/ou en difficulté scolaire, un intérêt pour les contenus d’apprentissage. Que l’on fasse appel aux dénominations de pédagogies du sens, du projet, pédagogies existentielles, ou ethnopédagogies importe finalement assez peu, encore que ces termes puissent faire appel à des présupposés théoriques parfois divergents (notamment pédagogie de projet, qui n’est pas forcément une pédagogie du sens).

Ce qui compte pour nous, c’est d’en appeler à des pratiques visant à resituer les contenus d’apprentissage dans un ensemble plus global qui est celui de la culture et de la citoyenneté auquel les enfants appartiennent.

Ceci présuppose qu’il y ait bien une culture commune à construire, mais nous ajouterons immédiatement que cette culture ne peut pas être imposée de l’extérieur, qu’elle nécessite forcément un dialogue – plutôt qu’une négociation (Tobie Nathan) – entre le milieu familial et le milieu scolaire. En ce sens, l’ethnopédagogie est davantage méta-culturelle (Georges Devereux) qu’inter-culturelle. Autrement dit, le savoir et la citoyenneté s’élaborent de conserve, jamais l’un sans l’autre et il semblerait que certaines pratiques pédagogiques soient plus aptes à faire émerger cette co-construction.

 

C’est plus particulièrement celles-ci que nous décrirons comme relevant de l’ethnopédagogie.

 
Ajoutons pour clarifier notre propos que ce qui caractérise les parents des milieux favorisés est justement cette proximité entre la culture scolaire et la culture familiale, proximité dont nous savons aujourd’hui qu’elle est un élément déterminant dans la réussite scolaire de leurs enfants.

 

Nous pouvons citer par ailleurs les études récentes menées sur les élèves scolarisés en ZEP qui montrent qu’une grande partie d’entre eux présente un profil que nous pouvons qualifier de stéréotypé dans les apprentissages scolaires – stéréotypie scolaire par si éloignée d’ailleurs de la rigidité cognitive rencontrée chez les élèves en grande difficulté scolaire. On peut donc en déduire que l’école fonctionne pour ces élèves sur un modèle essentiellement hétéro-structurant (Louis Not) et que ces derniers n’ont pas la capacité par eux-mêmes de s’approprier les modalités d’auto-apprentissage qui caractérisent le fonctionnement des élèves en situation de réussite. La plupart des élèves de ZEP semblent tout attendre de l’enseignant et chercher, par des comportements de stéréotypie (écouter, être sage) à se conformer au mieux à ses attentes. Ces enfants vivent donc le savoir scolaire sur le mode de la dépendance affective à l’égard du maître et se retrouvent extrêmement dépourvus à l’arrivée au collège lorsque l’offre éducative se complexifie et que les stratégies de survie développées à l’école primaire ne permettent plus d’échapper à la demande institutionnelle (apprendre, réfléchir, analyser, restituer…).

 

Ces éléments montrent qu’au-delà des dispositifs mis en place (renforcement pédagogique, baisse des effectifs, moyens supplémentaires) dont l’efficacité est aujourd’hui mise en doute, c’est avant tout d’une autre approche pédagogique que ces élèves ont besoin, et cela sans que les exigences en termes de savoir ne soient revues à la baisse afin de favoriser l’accès à la vie active (cf. le système dual que semble prôner M. Messerschmitt et qui consiste à créer deux écoles, l’école « professionnalisante » des pauvres et l’école « qualifiante »des riches).

On peut notamment se poser la question de l’efficacité d’une formation initiale dispensée aux futurs enseignants dans des établissements favorisés, ce qui contribue largement à accréditer l’idée que l’enseignement en ZEP relève de conditions spécifiques alors qu’il est le cœur même du système éducatif et j’ose encore le croire sa raison d’être.

 

Enfin, pour permettre de différencier plus clairement l’ethno-pédagogie de la socio-pédagogie ou de la psycho-pédagogie, nous ajouterons les éléments suivants.

 

à La socio-pédagogie prône parfois l’utilisation d’une pédagogie plus experte pour les élèves de milieu populaire. Nous faisons le pari que le problème est moins de rendre les enseignants meilleurs didacticiens que les élèves plus actifs et davantage conscients des démarches.

 

à La psycho-pédagogie mise sur une meilleure prise en compte des éléments individuels et familiaux à l’école. Nous faisons le pari que tout enfant, quelle que soit sa position socio-éducative est suffisamment mur et prêt à apprendre si les contenus des apprentissages réalisés lui permettent de donner sens à la réalité quotidienne.


Quelques activités à caractère ethnopédagogique (liste non exhaustive)

 

Types d’activité

Enjeux en termes d’apprentissage et de citoyenneté

Classes de découverte, classes de nature

décrire et découvrir un environnement différent ; se confronter à d’autres modes de vie

Chantiers historiques et archéologiques, classes musée

Voyages et échanges scolaires

Découverte des quartiers ; le sien et d’autres(Ethnokids)

Journaux scolaires et pédagogies de type Freinet

(se) raconter, communiquer, mettre en page, éditer, diffuser

Activités poétiques et théâtrales ; travail sur les contes, création littéraire, ateliers d’écriture

découvrir, raconter des ouvrages de fiction. Constituer une culture commune

Débat philosophique

s’exprimer, confronter des points de vue différents, argumenter. Découvrir la multitude de points de vue, être tolérant

Activités de recherche et de documentation

aller chercher le savoir ailleurs que dans la classe

Pédagogie en ZEP :

initiation à l’image (fixe, animée) et au spectacle vivant

 

Le projet n’implique pas forcément une participation active des élèves. D’ailleurs qui l’a défini ? Généralement l’enseignant, le conseiller pédagogique ou l’inspecteur. En revanche, il existe une dimension existentielle dans la pédagogie de projet, notamment par sa capacité à faire intervenir des acteurs extérieurs et non pédagogues dans le champ de la transmission (éducation populaire).

Publié dans ethnopédagogie

Commenter cet article